US_WebsiteLandingScroll_2016_Journal3 US_WebsiteLandingScroll_2016_Folk1 US_WebsiteLandingScroll_2016_Indigenous3 US_WebsiteLandingScroll_2016_Phil3 US_WebsiteLandingScroll_2016_Religious3 US_WebsiteLandingScroll_2016_Journal5 US_WebsiteLandingScroll_2016_Folk2 US_WebsiteLandingScroll_2016_Indigenous4 US_WebsiteLandingScroll_2016_Phil2 US_WebsiteLandingScroll_2016_Religious4

University of Sudbury 2017 2 PHOTOS 14 SEPT 0035Le jeudi 14 septembre 2017, un groupe s’est réuni pour le dévoilement officiel de la tonnelle autochtone Nishnaabe-gkendaaswin Teg de l’Université de Sudbury.

Lors de cette cérémonie, la structure ainsi qu’une plaque de reconnaissance ont été dévoilées. Afin de marquer cette occasion spéciale, les Aînés Jerry Otowadjiwan et Josephine Mandamin ont partagé leur sagesse, en plus d’aider avec la cérémonie du calumet, l’allumage du premier feu, et l’offrande.

En respect des traditions autochtones, les femmes participantes ont porté de longues jupes, et la tonnelle a porté son nouveau nom : Nishnaabe-gkendaaswin Teg, ce qui signifie « là où on trouve le savoir autochtone ». Ce lieu sacré est un endroit pour s’asseoir avec ses ancêtres, rechercher la sagesse des Aînés, profiter des enseignements, explorer sa place au sein de la Création et partager la paix, la compréhension et la réflexion. L’espace sera largement utilisé par les étudiants et le personnel enseignant de l’Université de Sudbury et de la Fédération Laurentienne, ainsi que par la communauté élargie, pour autres cérémonies et occasions en lien avec les buts de cet espace.

Ce projet d’envergure est le fruit d’efforts de collaborations. Plusieurs consultations avec le département d’Études autochtones ont eu lieu afin de créer un lieu de respect et d’enseignements autochtones à l’Université de Sudbury.

« Nous remercions tous ceux qui se sont joints à nous pour cette occasion monumentale dans l’histoire de l’Université de Sudbury. Nous savons, et nous pouvons constater par le haut niveau d’intérêt qu’a suscité ce projet, que cet espace est important pour la communauté entière », déclare Madame Sophie Bouffard, rectrice et vice-chancelière de l’Université de Sudbury. « Nous disons à nouveau chi-miigwetch à tous ceux qui ont joué un rôle dans le succès de ce projet collaboratif qui sera avantageux pour plusieurs, y compris les étudiants de notre département d’Études autochtones. »